Actus

Quelles expos à voir en Mars ?

De belles histoires chaque jour...

Recevez directement dans votre boîte mail de belles histoires, des conseils, des ressources et plus encore sur la digitalisation et les innovations sur le marché de l'art.
Adresse e-mail
Promis, pas de spams

Ce mois de mars est riche en nouvelles expositions de qualité ! Pour vous accompagner à faire votre choix parmi toutes les expositions qui démarrent, on vous propose une sélection des expositions à ne pas manquer. Petit tour des sublimes expos qui font du bien à découvrir au plus vite.

A cappella – Bertrand Lavier

4 mars – 15 avril 2017

Bertrand Lavier, Cobalt Blue, 2016
Acrylique sur Cibachrome — 59,5 × 120 cm
Courtesy of the artist & Galerie Almine Rech, Paris

Ad Reinhardt, s’y connaissait. Il a donné cette étonnante définition de la sculpture : « l’objet contre lequel on bute lorsque on se recule pour regarder une peinture ». Bertrand Lavier a toujours évité cet écueil car il s’est employé, dès ses débuts, à se délester de l’opposition académique de ces deux figures imposées des Beaux-Arts. Ses objets peints des années 1980 révélaient un des présupposés les plus classiques de la sculpture: « constituer le refoulé de la peinture ».

Whitney Bedford – Bardo Parade

10 février – 1 avril 2017

Whitney Bedford, The Rattler, 2017 — Encre et huile sur bois, 71,12 x 93,98 x 3,81 cm
Photo : Evan Bedford — Courtesy de l’artiste et Art : Concept, Paris

La galerie Art : Concept présente depuis le 10 Février la quatrième exposition personnelle de l’artiste américaine Whitney Bedford. L’artiste États-unienne résidente à Los Angeles, avec une série de nouveaux paysages réalisés à l’huile et à l’encre sur bois.
L’oeuvre de Whitney Bedford est composée de contrastes et d’oppositions. Au départ, le spectateur découvre des paysages aux couleurs vives, lumineux et accrocheurs, peuplés de cactus et de palmiers. A découvrir au plus vite.

Camille Pissarro, « Le premier des impressionnistes »
Musée Marmottan Monet – Paris

23 février → 02 juillet 2017

Affiche exposition de l’expo de camille pissarro

Le musée Marmottan Monet présente depuis le 23 février jusqu’au 2 juillet 2017, la toute première exposition monographique de Camille Pissarro organisée à Paris depuis 36 ans. Soixante-quinze de ses travaux, peintures et tempéras, provenant des plus grands musées du monde entier et de prestigieuses collections privées, retracent l’œuvre de Camille Pissarro, de sa jeunesse dans les Antilles danoises jusqu’aux grandes séries urbaines de Paris, Rouen et Le Havre de la fin de sa vie. Considéré par l’artiste Cézanne comme « le premier des impressionnistes », Pissarro est l’un des fondateurs de ce groupe artistique.

Mapping at Last — Galerie Eric Mouchet

4 Février – 25 Mars 2017

‘‘Mapping At Last’’ rassemble une douzaine d’artistes, toutes générations confondues, intègrant la notion cartographique et/ou le relevé topographique dans leur processus créatif.
« Les cartes ainsi produites deviennent alors celles d’un monde qui leur appartient, paysage fantasmé, voyage inachevé ou transcription imagée d’un relevé qui n’obéit plus au dictat de l’espace et du temps. Ce n’est plus un espace localisé que les artistes choisissent de représenter, mais la compilation d’un souvenir collectif, les vibrations ressenties d’un voyage… »

Bérénice Lefebvre& Armelle Caron — Vue de l’exposition Mapping at Last à la galerie Eric Mouchet, Paris Photo © Rebecca Fanuele

Exposition L’esprit français, contre-cultures 1969-1989

24 février – 21 mai 2017

Pierre et Gilles, Marie France, 1980 Pierre et Gilles

À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 œuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres inédites à Kiki Picasso (Il n’y a pas de raison de laisser le blanc, le bleu et le rouge à ces cons de français, 2016-2017), Jean-Jacques Lebel (L’Internationale Hallucinex, 1970-2017) et Claude Lévêque (Conte cruel de la jeunesse, 1987-2017).

François-Xavier de Boissoudy Marie, la vie d’une femme

23 Mars – 3 Juin 2017

Marie chez elle, 2016, lavis d’encre, 125 x 110

Une quarantaine d’oeuvres, des encres sur papier qui intègrent le lavis avec la technique personnelle de l’artiste, permettront aux visiteurs sur ce parcours d’ombres et de lumière de découvrir une oeuvre riche et diverse. A l’occasion de cette exposition, la Galerie Guillaume accueillera plusieurs intervenants pour des conférences, parmi lesquels Jean Clair (le Jeudi 1er juin), Alexander Pschera viendra parler de Léon Bloy et de Marie (à l’occasion du centenaire de la mort de Bloy).

La poétique de l’espace
du peintre Anette Harboe Flensburg – Maison du Danemark

9 mars – 30 avril 2017

nette Harboe Flensburg, Building up a passage, 2013 Huile sur toile, dimensions — 180 × 250 cm © Anette Harboe Flensburg

« Au commencement j’assemble deux plaques dans un angle. L’échelle est celle d’une maison de poupées ». C’est à partir de cela que la peintre Anette H. Flensburg construit des mondes nouveaux, à partir de carton et plexiglas qu’elle photographie et peint. Elle interprète, transforme ces petits modèles qui se jouent des perspectives, des conventions, de la lumière pour créer des peintures où se perd notre imagination. Le résultat
est d’une grande beauté poétique. A découvrir son fantastique travail à partir du 9 Mars et jusqu’au 9 Avril inclut.